les rizieres avec DOLLITTE notre guide

après marche tranquille dans les rizières, nous nous sommes arrêtés pour déjeuner dans le village…

Surprise,surprise, sur la table pinceaux à foison , peinture noire et grise.
Dollitte ,m’explique qu’il faut peindre le costume du modèle en l’occurrence
Une danseuse balinaise en jouant à estomper noir et gris , à créer des fondus
Cernés par des lignes imperceptiblement nuancées .
Tu parles Charles comme dirait Dollitte , pas évident…

Dollitte a facilement repérée que j’étais une frondeuse devant l’éternel ,
Définitivement rebelle à la copie.
Stéphanie et Christa pendant ce temps la s’appliquaient minutieusement sous une
Chaleur de bête … Hi hi hi….

Dollitte vient regarder ce que je fais, me donne un feutré fin , et me regarde imaginer
Des corolles, des pétales, des spirales sur la robe de la dite danseuse .
Enfin, d’une plume sûre , il applique deux traits pour les yeux, un trait pour le nez
Et me montre comment créer les lèvres à peine esquissées .

Sourire, quand il voit le résultat, et point de mots sur ma dérive picturale…

Les copies sont relevées par sa femme et nous avons gagné trois images …
Nous avons ensuite admire les paysages minutieusement dessinés par le
Couple, et sommes répartis pied léger et ventre plein vers le jardin botanique voir
Les loirs qui grappillent des graines de café et font des cacas de café .
Oh la vache ! Comme dirait Dollitte… Et le temps s’étire …. Je vois dans le paysage
Une belle vache café au lait comme dans la publicité milka passer et repasser Devant
Mes yeux ébahis .
Nous avons affronté le péril jaune en l’occurrence les chinois , en les croisant d’un air
Décidé . Ma technique qui laisse sceptique les filles , s’ils arrivent en masse Ne pas
Se laisser bousculer , Marcher au milieu d’un air guerrier .

Nous avons terminé par les cascades ( moi ça ne me branché pas terrible mais les
Copines se sont extasié comme devant les chutes du Niagara , scène de film pas
Triste ).

Dollitte est très sympa , nous rions comme deux enfants quand je ponctue notre
Journée de “oh la vache” et “oh dis donc doudou “. Fou rires à l’appui.

J’aime infiniment les verts plans des rizières avec leurs marches subtilement agencées
Captant le regard et l’imaginaire .

Leave a Reply